Widget Image

Nous avons crée la Fabrique à bonheurs pour révolutionner les méthodes de Travail et permettre à chacun de réveiller son profond désir d’apprendre et d’oser devenir acteur de sa croissance.

BIENVENUE SUR LA FABRIQUE A BONHEURS

5 attitudes à développer chez votre enfant

Capture d’écran 2015-11-12 à 11.34.32

Accueillez la TRISTESSE de votre enfant, il apprendra la COMPASSION

Nous sommes nombreux à avoir été éduqués dans un système qui n’aime pas les pleunichards. Qui n’a jamais entendu ces phrases : « Arrête de pleurer, t’es vilaine comme ça » « C’est ça, pleure !, tu pisseras moins au lit » « Tu sais quand on est fort on pleure pas  » « Oh là là, t’es chochotte ! » ? Eh oui, pendant longtemps, nous avons cru que pour éviter qu’une chose arrive, il suffisait de la réprimer à tout prix. Or, la meilleure pédagogie reste encore la Pédagogie par l’exemple. Si je montre à mon enfant qu’il est important de le réconforter lorsqu’il est triste, je lui montre l’exemple. Cela a 2 vertus: Premièrement, j’installe une relation de confiance au sein de laquelle mon enfant va se sentir accepté et aimé. « Les pleurnicheries » ne deviendront pas un moyen pour lui d’attirer l’attention en négatif. Il saura qu’il a le droit d’exprimer sa tristesse sans être jugé. Il pleurera donc beaucoup moins. Deuxièmement, il apprendra la compassion. Un enfant qui voit ses parents faire preuve de compassion aura beaucoup de chance de développer cette qualité. Plus je reçois de la compassion pour mes souffrances, plus je suis apte à être compatissant.

 

Capture d’écran 2015-11-12 à 11.34.39

Accueillez la COLERE de votre enfant, il apprendra à SE CALMER

Si vous n’avez jamais ressenti des envies d’abandon devant un enfant en pleine crise de colère, sortez tout de suite de cet article, il se pourrait que vous soyez atteint d’une maladie rare :  la perfectionnite aigüe et nous ne pouvons pas faire grand chose pour vous. (Humour, restez quand même un peu ;-)). Avouons-le, c’est souvent la même chose : face à un enfant qui se braque, hurle, se roule par terre, difficile de garder son sang froid. Dans un 1er temps, nous allons essayer de le raisonner « Rhooo quand même Blaise, tu pourrais te contrôler, tu es grand maintenant, tu as 7 ans ». Voyant que cela ne fait rien, nous musclons le ton avec un « Bon, ça suffit maintenant, tu te calmes ! ». Non en fait, à ce stade, nous sommes déjà en train de crier, sachant pertinemment que cela ne sert à rien. La suite, tout le monde la connait : menaces de punition, chantage au Père Noël, reproches et phrases qui commencent par « J’en ai marre, c’est toujours la même chose avec toi… » « Tu es méchant(e) ». Et nous finissons par être ce parent hystérique qui hurle, les yeux exorbités. Difficile ensuite d’expliquer à son enfant qu’il ne faut pas se mettre en colère à la première frustration. Rappelez-vous: pédagogie par l’exemple. 

 

Votre cerveau plus performant en 6 jours !

 

Quoi faire alors ? Il est important de comprendre que l’émotion sera toujours plus forte que la raison. Sous la colère, le cortex ne va pas pouvoir réfléchir de façon raisonnable. Sachant que le développement neuronal du cortex chez l’être humain n’arrive à maturité qu’à l’âge adulte, chez les enfants, c’est l’amygdale, centre des émotions, qui sera prépondérante car elle est mature dès la naissance.

En conclusion, c’est une perte d’énergie et une escalade toxique que de vouloir continuer à raisonner un enfant prisonnier de son amygdale. Mieux vaut laisser retomber les émotions pendant un petit moment. Pour laisser l’émotion retomber, montrez lui l’exemple: Arrêtez de parler, commencez à respirer calmement, asseyez vous, mettez une musique douce, reconnaissez son émotion : « Je vois que tu es en colère, nous allons attendre que ça passe et ensuite tu m’expliqueras ce qui se passe ». « Je vois que tu es très en colère, je vais te laisser 5 min pour te calmer et moi je vais me calmer aussi de mon côté car je n’aime pas quand nous crions… »

Capture d’écran 2015-11-12 à 11.34.46

Accueillez les PEURS de votre enfant, il apprendra à se SECURISER

Comme nous l’avons vu dans l’attitude n°2, quand les émotions prennent les commandes, il est quasiment impossible de raisonner un enfant. Or, avez-vous remarqué comme nous avons tendance nous adultes à minimiser les peurs des enfants ? « Ne t’inquiète pas, faut pas avoir peur » « Oh mais t’es vraiment peureux(se)! » ou encore « Mais ça fait pas peur !!!! » (alors que votre enfant s’apprête à tourner de l’oeil devant l’aiguille de l’infirmière). Comment pouvons-nous juger à la place de notre enfant de ce qui fait ou ne fait pas peur ? En fait,

Capture d’écran 2015-11-12 à 11.34.55

Accepter les ERREURS de votre enfant, il apprendra à OSER

Capture d’écran 2015-11-12 à 11.35.20

RIEZ souvent avec votre enfant, il apprendra à cultiver sa JOIE

Poster un commentaire

Abonnez-vous à notre Newsletter

Recevez les derniers articles du blog et les dernières news de la team.

Vous êtes inscris avec succès!