Something is wrong.
Instagram token error.

CAS PRATIQUE – Comment survivre à la culpabilité après avoir mangé l’équivalent de son poids en chocolat à Pâques ?

 

Sorti(e)s du week-end de Pâques, votre taux de culpabilité est à son maximum. Ces derniers jours vous vous êtes littéralement goinfré(e)s de chocolats (ce que vous vous étiez promis de ne pas faire mais que vous avez fait évidement). Un cas pratique qui permet de nous essayer au lâcher prise :

  • Etape 1 :

Je relativise en répondant à ces quelques questions : Est-ce que ma gourmandise a causé du tort à un proche ? (à part à ma balance et à mon cher neveu à qui j’ai fait un croche-patte pour récupérer cet œuf Kinder*). Est-ce que, ce que j’ai fait, fait de moi une mauvaise personne ? (à part l’épisode du neveu). Et puis au pire ? Qu’est-ce que je risque quand j’engloutis un kilo de chocolat ?

 

  • Etape 2 : Déculpabilisation. Je cherche le positif. Après tout le chocolat c’est bon pour la santé, c’est plein de magnésium, donc quelque part je me suis fait du bien. J’ai aussi développé l’économie de mon quartier en vidant le stock de mon boulanger !

 

  • Etape 3 : Acceptation : Vous avez kiffé ? C’est bien là l’essentiel ! Alors on s’en fout !

Souriez, vous êtes déculpabilisée !

Poster un commentaire

You have Successfully Subscribed!